Manuvie – Rien ne vaut un bon conseil.

Rien ne vaut un bon conseil.

Lorsqu’il s’agit de planifier votre retraite, le soutien d’un conseiller financier peut vous être très profitable. Avoir recours aux services d’un professionnel ne devrait être ni embarrassant ni stressant. C’est pourquoi nous avons réuni des renseignements utiles sur les services de nos conseillers financiers. Parcourez cette section pour voir comment ils peuvent vous aider à faire fructifier votre épargne-retraite.

Comment évaluer un conseiller en entrevue : 10 bonnes questions à lui poser

Ce que le conseiller vous demandera : comment vous y préparer

Il n’est jamais trop tard pour obtenir de bons conseils


Comment évaluer un conseiller en entrevue : 10 bonnes questions à lui poser

Vous vous apprêtez à consulter un conseiller qui, vous l’espérez, veillera à la bonne gestion de vos finances et vous guidera vers une retraite confortable.

Vous ne devriez pas vous sentir intimidé, même si vous n’êtes pas un spécialiste des placements ou des finances en général. Après tout, les conseillers financiers le disent eux-mêmes : vous devriez considérer cette rencontre comme une entrevue pour un emploi, en vous mettant à la place de l’employeur.

Si vous souhaitiez embaucher un guide touristique, par exemple, vous chercheriez à connaître son expérience par rapport à l’endroit à visiter. Cette personne est-elle qualifiée pour vous guider dans cet endroit inconnu? Quel genre de service vous offre-t-elle en ce qui a trait au transport, aux renseignements, aux commentaires et aux voyages supplémentaires en cours de route? Ses mandats habituels consistent-ils à guider des groupes de jeunes trentenaires dans des sentiers en montagne ou des retraités dans les jardins botaniques? La personne à qui vous vous adressez sera-t-elle votre guide ou est-ce que ce sera quelqu’un d’autre? Parle-t-elle votre langue? Quel sera le coût total? De quelle façon allez-vous la payer? Sans oublier la compatibilité : s’il s’agit d’une longue visite, vous voudrez sûrement vous assurer que le courant passe entre le guide et vous. Êtes-vous sur la même longueur d’onde?

Bien que cela puisse sembler saugrenu, les mêmes questions (ou presque) se posent lorsque l’on est à la recherche d’un conseiller.

Avant d’arrêter votre choix sur un conseiller, vérifiez d’abord qu’il est non seulement qualifié, mais aussi inscrit, comme la loi l’exige, auprès de l’organisme de réglementation des valeurs mobilières de votre province ou de votre territoire. Consultez le site web des Autorités canadiennes en valeurs mobilières (www.autorites-valeurs-mobilieres.ca) et suivez les instructions qui s’y trouvent pour savoir comment vérifier l’inscription d’un conseiller, ses antécédents disciplinaires et les sources de nouvelles sur Internet pouvant contenir des renseignements indiquant un danger potentiel ou une piste qui nécessite une attention particulière.

Une fois cette étape effectuée, vous êtes prêt à entrer dans le vif du sujet. Tel que le suggère Sandra Foster dans son livre Who’s Minding Your Money?Financial Intelligence for Canadian Investors (publié chez John Wiley & Sons), classons les questions en catégories.

Premièrement, tout comme vous le feriez avec un guide touristique, informez-vous au sujet du service qu’on vous offre.

  1. À titre de conseiller, quelle sorte de conseils donnez-vous?
    Pour planifier votre retraite, vous aurez besoin d’un plan financier complet. Grâce à votre participation active, votre conseiller est en mesure de créer un portefeuille de titres, en vous recommandant une combinaison de placements et des valeurs mobilières qui répondent à vos besoins en ce qui a trait à vos situations financières et personnelles, vos responsabilités financières et personnelles et vos objectifs de retraite. Votre conseiller devrait également être en mesure de vous proposer des façons d’améliorer votre portefeuille, comme des occasions d’achat et de vente, en fonction des changements survenus dans les marchés et dans votre vie.
  2. À quelle fréquence allons-nous réviser mon plan?
    Votre plan de retraite devrait être examiné au moins une fois par année, mais plus souvent dans les dernières cinq à dix années précédant votre retraite ou tout simplement si votre situation change. Il se peut toutefois que votre conseiller communique avec vous dans d’autres circonstances. Informez-vous de la fréquence à laquelle le conseiller envisage de communiquer avec vous.
  3. Avec qui aurai-je affaire lorsque je téléphonerai au sujet de mon plan ou que je viendrai pour mon rendez-vous d’examen financier ?
    Vous pourriez être surpris : certaines firmes considèrent que la relation à long terme que vous nouez avec un de ses conseillers s’étend au reste de l’équipe. Vous ne faites donc pas affaire avec une seule personne. Un détail qu’il est préférable de connaître à l’avance.
  4. Me fournirez-vous un compte-rendu de nos rencontres?
    Certains conseillers se fient aux relevés mensuels émis par leur firme pour résumer les mesures discutées et mises en œuvre. D’autres vous fourniront par contre un résumé des questions soulevées, des décisions prises et des mesures pertinentes. Il s’agit d’un détail important, étant donné que plusieurs firmes de placement optent de plus en plus pour une approche « libre-service », en diminuant les interactions entre conseillers et clients. Le prochain point à aborder porte sur la relation. Au même titre que vous souhaitez qu’un guide touristique offre des visites et des activités qui correspondent à votre groupe d’âge et à vos intérêts, vous rechercherez un conseiller qui a l’habitude de traiter avec des clients dont la situation est semblable à la vôtre.
  5. Quel est le profil de votre client typique, en matière d’âge et de situation financière?
    Demandez au conseiller de décrire son client typique : son âge, son étape de vie actuelle, l’état de sa situation financière et ses attentes pour la retraite. Déterminez si votre portefeuille sera plus gros ou plus petit que le modèle présenté. Si le conseiller fait affaire avec des clients dont le profil ressemble au vôtre, demandez-lui comment il les a aidés à améliorer leur vision de la retraite et à atteindre leurs objectifs en matière de placements.
  6. Quel est le profil de risque de votre client typique?
    Demandez quel est le portefeuille de placements typique, ainsi que des exemples de placements courants. Si la plupart des clients ont des placements dont le taux de risque est plus élevé que celui avec lequel vous vous sentez à l’aise, vous pouvez demander au conseiller s’il fait affaire avec des clients aisés ou qui ont un revenu disponible plus élevé que le vôtre, ou s’il a l’habitude de proposer principalement des placements ayant un haut taux de risque. Aucune entrevue d’embauche ne serait complète sans aborder la question des coûts. Il ne faut pas hésiter à parler argent.
  7. Comment serez-vous payé?
    Il s’agit là d’une question clé, vu la possibilité que les conseils servent davantage les intérêts du conseiller que les vôtres. Certains conseillers sont payés directement par les commissions qu’ils touchent sur vos opérations, par les frais rattachés au service, par un salaire fourni par l’entreprise ou par une combinaison de ces méthodes. D’autres sont payés indirectement par l’entremise de charges reportées ou de frais administratifs. Les frais administratifs sont versés annuellement au représentant (dans ce cas-ci, le conseiller) par un gestionnaire de fonds commun de placement, tant que l’épargnant demeure propriétaire du fonds. Cette situation peut donner lieu à un conflit d’intérêts. Soyez conscients du fait que certaines recommandations pourraient faire grimper les frais liés aux opérations ou diriger vos placements vers des titres ou instruments financiers en particulier. Assurez-vous d’approuver les décisions prises par votre conseiller. Demandez également s’il y a des frais annuels de base.
  8. Pourriez-vous me donner une estimation des coûts annuels en fonction de mes besoins et de la taille de mon portefeuille?
    Comparez la réponse que le conseiller vous fournit avec l’évaluation des profits que vous rapporteront en moyenne vos placements. Lorsque vous calculez vos profits estimés en y soustrayant les frais et les coûts, le montant que vous obtenez devrait être proportionnel aux risques que vous prenez. Finalement, soulignons l’importance de la compatibilité. La relation que vous établissez avec le conseiller durera idéalement plusieurs décennies et pas seulement quelques années. Tâchez de vous assurer que vous êtes prêt à collaborer à long terme avec le guide financier que vous choisissez.
  9. Quelle est votre philosophie en matière de placement?
    Il se peut que vous ayez du mal à bien saisir la réponse si vous avez peu d’expérience dans le domaine, mais écoutez tout de même attentivement. Le conseiller explique-t-il sa réponse en utilisant des termes que vous comprenez? Sa réponse a-t-elle du sens? Il s’agit d’une question à laquelle le conseiller devrait s’attendre et devrait pouvoir répondre avec une grande facilité.
  10. Pouvez-vous définir les problèmes ou les occasions que présente mon portefeuille?
    La réponse que le conseiller vous donnera peut en dire long sur lui. Si vous n’avez pas encore parlé de votre situation personnelle et financière, de vos responsabilités ou de vos objectifs de retraite, votre conseiller devrait vous questionner sur ces points avant de continuer. Si vous avez déjà discuté de ces sujets, la réponse fournie devrait en tenir compte. Essayez de voir si le conseiller a vos intérêts à cœur. Il s’agit de votre argent, il est donc naturel que vous soyez le centre d’attention.

Il n’est jamais trop tard pour obtenir de bons conseils

Enseignante, mère de deux préadolescents et veuve depuis l’âge de 40 ans, Lily a suivi le conseil que lui a donné un membre de sa caisse populaire. Elle a décidé d’en apprendre davantage sur la gestion de l’argent.

Même si elle possédait quelques économies, son manque de connaissance en matière de finances l’angoissait. Elle a donc consulté cinq conseillers financiers de sa région rurale, en Colombie-Britannique. Mais lorsque la valeur des actions du marché boursier de la haute technologie a chuté au début des années 2000, Lily a été encore plus déstabilisée. « Ils manipulaient mes placements, mais ne me donnaient pas toute leur attention, confie-t-elle. J’étais complètement désorientée. »

Quelques années plus tard, Lily a déménagé à Parksville, sur l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Lorsqu’elle y est arrivée, à l’âge de 51 ans, l’ami d’un ami lui a suggéré de rencontrer Cliff Broetz, un représentant de l’équipe de Placements Manuvie. C’est ainsi que Lily a vraiment découvert ce qu’est la planification financière. Et cinq ans plus tard, elle a pris sa retraite. Aujourd’hui âgée de 60 ans, Lily passe ses journées à jardiner, sachant que ses finances sont entre de bonnes mains.

« Je ne ressens pas le besoin d’examiner mes relevés tous les mois, dit-elle. Je ne me suis jamais sentie aussi rassurée. »

M. Broetz souligne que les gens peuvent avoir différentes raisons de tarder à planifier leurs finances, mais qu’invariablement, tous ont besoin de soutien. « Parfois, les gens font des placements un peu partout, sans penser à élaborer un plan global. Leurs placements se répètent et ils paient trop de frais ; il n’y a aucune cohésion. »

Marvin, âgé de 66 ans, a attendu encore plus longtemps que Lily avant de rencontrer un conseiller. La chute des actions du marché boursier de la haute technologie, qui a tant angoissé Lily, l’a également frappé de plein fouet. « J’ai retiré tous mes placements, avoue-t-il. Je me suis dit : “C’est assez!” »

Puisque Marvin était directeur d’une entreprise d’ingénierie, sa femme et lui bénéficiaient du régime d’assurance retraite de la compagnie et des obligations d’épargne du Canada, en plus d’avoir cotisé à des REER. Mais ils n’avaient pas de plan concret. « Il fallait structurer nos avoirs, dit Marvin. Nous savions que nous devions investir pour faire croître nos placements sans courir trop de risques. »

Ainsi, à l’âge de 64 ans, le couple a rencontré trois conseillers pour enfin arrêter son choix sur Jennifer Black et Janet Baccarani, partenaires et conseillères financières au sein d’une équipe offrant des solutions financières personnalisées, et de Placements Manuvie, à Toronto. Deux ans plus tard, Marvin est officiellement retraité, mais accepte quelques contrats à temps partiel pour rester occuper.

Mme Black affirme que ce type de scénario est plutôt commun et qu’elle rencontre souvent des personnes qui élaborent leur plan financier seulement à la fin de leur carrière. « Les gens commencent à songer sérieusement à leur retraite vers l’âge de 50 ans. »

Pour Lily, il était essentiel de trouver quelqu’un qui serait attentif à ses besoins et qui lui présenterait plusieurs options plutôt que de la pousser vers une avenue qui ne lui convenait pas. Même si elle n’était pas une épargnante d’expérience, elle connaissait tout de même un peu le domaine des finances. Aujourd’hui, neuf ans après leur rencontre, Lily et M. Broetz débattent toujours amicalement de la composition de son portefeuille : pourcentage d’actions étrangères et canadiennes, de titres à revenu fixe et d’actions. Enfin, M. Broetz veille également à ce que les placements de Lily soient toujours éthiques, comme elle le souhaite.

« Je ne me sens pas forcée de faire quoi que ce soit, affirme-t-elle. Il est vraiment attentif à mes besoins. Il me fournit tous les renseignements dont j’ai besoin, sans pour autant m’inonder d’information. »

Marvin, quant à lui, est très satisfait du travail de ses conseillères; elles sont à l’affût de ses besoins et savent faire des placements hautement rentables. « Elles font preuve d’enthousiasme, sont à l’écoute et très efficaces », dit-il, en mentionnant aussi qu’elles l’ont aidé en matière de planification successorale, une tâche nécessaire, mais souvent mise de côté.

« Bien qu’il ne soit jamais trop tard pour profiter de l’assistance d’un bon conseiller , les avantages qu’on peut en tirer sont encore plus importants lorsqu’on le trouve tôt dans la vie, soutient Broetz.

Je pense que les gens ont peur de s’en remettre à un seul conseiller. Mais lorsque vous trouvez celui qui vous convient, vous devez lui accorder votre confiance et élaborer avec lui un plan solide. Toutefois, même si un conseiller dévoué et attentif peut grandement vous aider, il ne peut pas faire de miracles. Plus vous attendez avant de le rencontrer, plus il sera difficile de planifier votre retraite. S’enrichir petit à petit, c’est tout simple. Même si c’est un peu ennuyeux. Alors, pourquoi remettre à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui? »


Comment évaluer un conseiller en entrevue : 10 bonnes questions à lui poser

Ce que le conseiller vous demandera : comment vous y préparer

Il n’est jamais trop tard pour obtenir de bons conseils

Ce que le conseiller vous demandera : comment vous y préparer

Lors de votre première rencontre avec un conseiller, celui-ci cherchera à en apprendre davantage sur vous. Il s’intéressera non seulement à vos finances, mais aussi à votre vie personnelle, car vos habitudes influencent la façon dont votre argent devrait être géré. Apportez donc tous les renseignements pertinents concernant vos finances et préparez-vous à parler de vous-même et de votre vie avec votre conseiller. Après tout, la relation que vous nouez avec votre conseiller se poursuivra sur plusieurs années.

Du point de vue d’un conseiller, les questions aux clients se classent en plusieurs grandes catégories qui peuvent parfois s’entrecouper : situation financière et responsabilités personnelles, objectifs financiers et de retraite, tolérance au risque et attentes en matière de service.

Quelle est votre situation financière?

Il est fort probable que cette question vous soit posée dans le cadre d’une série de questions. Autrement dit, votre conseiller pourrait d’abord vous demander ce que vous possédez et ce que vous devez. Vous pouvez être propriétaire d’une maison, d’un chalet, d’une automobile ou d’une entreprise, mais n’oubliez pas vos REER, CELI et REEE pour vos enfants, ou encore votre police d’assurance vie, ainsi que tout autre placement ou propriété. Pensez ensuite à vos dettes : votre hypothèque ou votre marge de crédit, un prêt-auto ou encore tout solde impayé sur une carte de crédit.

La question suivante risque de porter sur vos revenus et vos dépenses. Votre revenu est votre salaire ou les profits que vous rapportent votre entreprise, vos biens de location ou vos placements, ainsi que tout autre paiement qui vous est remis sur une base régulière, comme dans le cas de prestations d’invalidité ou de pension alimentaire. À quel point ces revenus sont-ils garantis? Est-ce qu’un ralentissement économique ou des changements concurrentiels dans votre secteur d’activité pourraient avoir des conséquences sur vos revenus?

Maintenant, dressez une liste de vos dépenses : services publics, hypothèque, paiements pour la voiture, épicerie, sans oublier les dépenses liées à votre mode de vie, comme les voyages, les repas au restaurant et les sorties. Le fait de distinguer les besoins essentiels des besoins secondaires est un bon moyen d’établir vos priorités. En effet, l’entretien d’un bateau ou l’inscription à un club de golf représente un luxe pour certains, mais une nécessité pour d’autres.

Votre conseiller peut également vous demander si vous avez des personnes à charge, comme un enfant ou un proche souffrant d’un handicap, ou des parents âgés. La planification de votre retraite devra tenir compte de ces responsabilités. Il se peut que votre conseiller vous demande également s’il est possible que vous receviez un héritage, étant donné que cet élément influence aussi la planification.

Quel genre de retraite aimeriez-vous avoir?

La réponse que vous donnez à cette question permet de fixer vos objectifs de retraite. Toutes les retraites ne se ressemblent pas. Ce que certains considèrent être le nirvana peut être un réel enfer pour d’autres. Ce qui importe, c’est de savoir ce que vous aimeriez faire pendant cette période de votre vie. Par exemple, vous pouvez choisir de vivre dans la maison que vous avez terminé de payer, puis de passer quelques mois en Floride chaque hiver. Ou de vendre votre maison et vivre en Floride six mois par année. Ou bien de vendre votre maison, d’acheter un condo et de voyager souvent. Ou encore, de tout quitter pour aller vivre dans le sud de l’Espagne. À vrai dire, ce ne sont pas les options qui manquent : obtenir un emploi à temps partiel, diriger une petite entreprise, habiter chez des proches… et la liste continue.

Votre conseiller aura plusieurs questions de suivi à vous poser en fonction de votre situation actuelle. Souhaitez-vous assumer davantage de responsabilités financières avant de prendre votre retraite, comme payer l’éducation universitaire de votre enfant, ou préférez-vous régler vos dettes aussi vite que possible pour ne plus avoir à vous en soucier à la retraite? Votre conseiller évaluera la situation financière que vous lui aurez décrite et s’efforcera de déterminer si vous devez mettre davantage d’argent de côté, modifier vos placements ou réduire vos responsabilités pour pouvoir vivre la retraite que vous souhaitez dans les délais que vous prévoyez.

Quelle est votre tolérance au risque?

Il est fort probable que votre conseiller vous pose des questions concernant votre tolérance au risque. Le fait de répondre simplement que vous avez une grande tolérance ne mettra pas fin à la discussion. Le sujet est plus complexe. Par exemple, le conseiller vous demandera sans doute de préciser combien d’argent vous avez placé à ce jour, et dans quoi. Il pourra ainsi avoir une bonne idée de votre expérience en matière d’investissement. En général, les personnes qui ont une bonne expérience comprennent mieux les marchés et ont (mais pas nécessairement) une plus grande tolérance au risque.

Il arrive souvent que l’échéancier défini par une personne influence son seuil de tolérance. C’est pour cette raison que le conseiller vous demande d’indiquer le moment où vous souhaitez prendre votre retraite. En effet, si vous choisissez d’arrêter de travailler tôt et que vous avez besoin rapidement de vos épargnes, vous serez moins résistant aux replis des marchés. Le fait de dépendre ou non de vos placements pour vos besoins financiers personnels constitue également un facteur. Si vous comptez déjà sur une partie des revenus générés par vos placements pour couvrir vos dépenses actuelles, il est préférable de limiter les risques.

Votre conseiller vous questionnera sur un autre facteur : votre personnalité. Avez-vous tendance à faire de l’insomnie, à souffrir de stress ou à devenir émotif lorsque vos placements perdent de la valeur, même de façon temporaire? Il vous posera cette question parce que certaines personnes ne peuvent tolérer aucun repli et ont besoin d’un degré de sécurité beaucoup plus élevé que d’autres, peu importe l’état de leur situation financière.

Les attentes en matière de service

Tout comme vous devriez poser des questions à votre conseiller sur les services qu’il vous offre, celui-ci se doit de vous interroger sur vos préférences et vos attentes à ce sujet. Pour créer et maintenir un plan financier solide, votre conseiller a besoin de connaître votre point de vue. Le fait qu’on vous pose la question « Comment puis-je vous joindre si j’ai à vous parler? » est un très bon signe. L’évaluation annuelle (ou plus fréquente) est extrêmement importante. Le conseiller risque de vous demander ceci : « Je communiquerai avec vous au moins une ou deux fois par année pour passer en revue votre portefeuille, mais aimeriez-vous que je vous contacte plus souvent pour des comptes-rendus? »

Finalement, le conseiller voudra obtenir votre avis quant aux suggestions faites au cours de la rencontre : « Avez-vous des questions concernant la méthode de placement que je vous recommande, ou sur un placement en particulier? »

En dernier lieu, le conseiller vous demandera si vous comprenez comment sont appliqués les frais à payer. Son explication devrait être claire : si vous ne comprenez pas certains points, n’hésitez pas à poser des questions, que ce soit sur place ou plus tard. Il s’agit de votre argent et vous avez non seulement le droit, mais l’obligation de savoir comment vous le dépensez, comment vous l’épargnez et dans quoi vous le placez.


Comment évaluer un conseiller en entrevue : 10 bonnes questions à lui poser

Ce que le conseiller vous demandera : comment vous y préparer

Il n’est jamais trop tard pour obtenir de bons conseils

Découvrez ce que les Canadiens pensent de l’endettement…

06097f-Debt-Survey-Infographic-ManulifeBank-pg_F-v3

Près de la moitié des propriétaires doutent de pouvoir se libérer de leurs dettes avant la retraite, selon un sondage de la Banque Manuvie du Canada

Waterloo – Bien qu’il soit important pour 83 % des propriétaires de rembourser leurs dettes avant la retraite, seulement 51 % d’entre eux ont bon espoir d’atteindre cet objectif, selon un nouveau sondage de la Banque Manuvie du Canada. Lire la suite

Infographic

À propos des recherches sur l’endettement effectuées par la Banque Manuvie

La Banque Manuvie estime qu’en gérant plus efficacement leurs dettes, bon nombre de personnes pourraient économiser, se libérer de leurs dettes plus rapidement et atteindre un plus grand nombre de leurs objectifs financiers.

Une gestion des dettes efficace est un élément essentiel de la santé financière. Grâce à nos sondages et nos recherches sur l’endettement, nous aimerions :

  • informer et encourager un débat public sur l’endettement afin d’aider les consommateurs à comprendre les incidences des dettes sur leur santé financière;
  • faire valoir aux Canadiens l’importance de gérer efficacement leurs dettes en leur fournissant de l’information et des idées sur la question;
  • encourager les Canadiens à aborder la gestion des dettes avec les membres de leur famille et leur conseiller financier afin de trouver des moyens de gérer plus efficacement leurs dettes.

Banque Manuvie – Manuvie Un: simple et efficace

La méthode bancaire traditionnelle : compliquée et coûteuse
Chaque mois, des millions de personnes comme vous partout au Canada se démènent pour joindre les deux bouts, payer leurs factures et leurs frais d’emprunt, puis (essayer de) déposer des fonds dans leurs comptes d’épargne et divers instruments de placement.

Est-ce que votre mois ressemble à ceci?

Lorsque vous avez recours aux produits bancaires traditionnels, vous gérez vos finances en déposant votre revenu dans des comptes de chèques et d’épargne, puis en empruntant au moyen de prêts hypothécaires, de marges de crédit, de prêts divers et de cartes de crédit. Malheureusement, vous recevez peu ou pas d’intérêts sur vos dépôts alors que vous payez des intérêts élevés sur les sommes empruntées.

La méthode Manuvie Un : simple et efficace

La situation est bien différente avec un compte souple non traditionnel comme Manuvie Un. Vous disposez alors d’un compte d’emprunt et de chèques tout-en-un vous donnant accès à une limite de crédit établie en fonction de la valeur de votre habitation.

Toutes vos dettes, ou la majeure partie de celles-ci, sont regroupées dans ce compte, auquel s’applique un ou plusieurs taux d’intérêt peu élevés concurrentiels. Votre revenu et votre épargne sont également déposés dans le compte. À cet instant, le solde de votre compte diminue – et vous payez des intérêts sur ce montant moins élevé jusqu’à ce que vous dépensiez vos fonds. Vous vous servez de ce compte pour régler toutes vos dépenses. Vous pouvez payer vos frais de subsistance au moyen de chèques, de votre carte de débit, de virements InteracMD ou des services bancaires par téléphone et Internet. Vous pouvez effectuer vos dépôts de placement au moyen de chèques, de virements Interac ou de prélèvements automatiques. Votre compte regroupe vos dettes de sorte que vous n’ayez pas à effectuer de multiples paiements d’emprunt. Finies les périodes où vous êtes « plus serré » durant le mois! Vous avez accès aux fonds de votre compte en tout temps (jusqu’à concurrence de votre limite de crédit). L’intérêt est calculé chaque jour. Vous ne payez donc de l’intérêt que sur ce que vous devez ce jour-là. L’intérêt accumulé durant le mois est imputé à votre compte à la fin de chaque mois. Voilà tout! Manuvie Un fait fructifier votre argent et vous fait ainsi économiser des milliers de dollars. Cela peut-il être plus simple? Demandez à votre conseiller en services financiers de vous diriger vers un spécialiste du produit Manuvie Un.

Manuvie – Astuces pour payer moins d’impôt

Il existe différents moyens de réduire les impôts exigibles lorsque vient le temps d’établir votre déclaration de revenu. Profitez de toutes les déductions et de tous les crédits possibles afin de conserver plus d’argent pour vos placements, votre fonds d’urgence ou pour d’autres importants projets.

Les règles fiscales fédérales prévoient un certain nombre de crédits et de déductions. Vous devez vous en prévaloir en présentant votre déclaration de revenu. Il est à noter que l’Agence du revenu du Canada (ARC) ne vous avertit pas lorsque vous avez droit à des déductions.

Profitez des déductions fiscales et des crédits d’impôtTaxes-image-re-sized

Comme les déductions auxquelles vous avez droit réduisent votre revenu imposable, c’est votre taux d’imposition marginal qui déterminera la réduction d’impôt. Par ailleurs, les crédits d’impôt non remboursables réduisent l’impôt à payer, mais ils sont calculés au taux d’imposition le plus bas. Chaque année, le budget fédéral comporte au moins quelques nouvelles déductions fiscales et des crédits d’impôt pour les contribuables. Prenez-en connaissance afin de vous prévaloir de ceux qui s’appliquent à votre situation.

Présentation de la déclaration de revenu

Chaque contribuable doit payer sa part, mais il existe des moyens de réduire les charges fiscales. Voici quelques points à retenir lorsque vous préparez votre déclaration de revenu :

  1. Les gains provenant d’un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ne sont pas imposables tant que les fonds demeurent dans le régime.
  2. Les cotisations REER doivent figurer dans la déclaration de revenu, mais les déductions auxquelles elles donnent droit peuvent être reportées à une autre année. Vous pouvez reporter indéfiniment les droits de cotisation et les utiliser au moment qui vous conviendra, par exemple lorsque votre revenu se situera dans une fourchette supérieure et que vous souhaiterez profiter d’une déduction.
  3. N’omettez pas de faire votre déclaration de revenu, même si vous avez gagné peu dans l’année. C’est à partir des déclarations de revenu que l’ARC établit vos droits de cotisation. Vous pouvez les reporter indéfiniment et les utiliser au moment opportun.
  4. Le revenu tiré d’un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) n’est pas imposable. Par contre, les cotisations excédentaires au cours d’une année sont assujetties à une pénalité déterminée par l’ARC.
  5. Les pertes en capital découlant de la vente de titres de placements non enregistrés, exception faite des placements dans un CÉLI, peuvent entrer en déduction du revenu imposable des trois années précédentes ou être reportées indéfiniment. Vous pouvez les soustraire de tout gain en capital afin de réduire votre revenu total.
  6. Sont déductibles du revenu imposable les frais associés à la production d’un revenu de placement, notamment les frais de gestion et les frais autres que les commissions.
  7. Un chef de famille monoparentale qui reçoit des paiements de Soutien aux enfants peut avoir droit à d’autres avantages fiscaux.
  8. Vous prenez l’autobus, le train, le métro ou le traversier pour vous rendre au travail? Votre conjoint ou vous-même pourriez déduire le coût des titres de transport afin de bénéficier du crédit d’impôt pour le transport en commun.
  9. Vous êtes un travailleur autonome? Vous pourriez avoir droit à différentes déductions fiscales.

1 Le conjoint ou le conjoint de fait, selon la définition de conjoint donnée dans la Loi de l’impôt sur le revenu du Canada.

Y a-t-il des déductions fiscales et des crédits d’impôt dont vous ne profitez pas?

Si votre situation correspond à l’une ou l’autre de celles décrites ci-dessous, vous pourriez avoir droit à des déductions fiscales et des crédits d’impôt : demandez l’avis d’un fiscaliste.

  • Vous avez versé des cotisations REER pendant l’année visée par la déclaration de revenu ou pendant les 60 premiers jours de l’année suivante.
  • Vous avez versé des cotisations syndicales ou des cotisations à un ordre professionnel.
  • Vous avez payé des frais de garde, y compris des frais pour les activités parascolaires.
  • Vous avez versé une pension alimentaire.
  • Vous avez eu des personnes à charge pendant l’année.
  • Vous ou votre conjoint1 avez 65 ans ou plus.
  • Vous ou votre conjoint recevez un revenu de retraite.
  • Vous ou votre conjoint avez une ou des personnes à charge ayant une déficience.
  • Vous avez payé des droits de scolarité ou des intérêts sur un prêt étudiant.
  • Vous avez fait un don à une œuvre de bienfaisance ou à un parti politique.
  • Vous avez souscrit un prêt en vue de faire un placement et vous avez payé des intérêts sur ce prêt.
  • Vous avez versé des honoraires professionnels pour la gestion de vos placements.
  • Vous avez acquis des titres de placement et les avez revendus à perte.
  • Vous avez changé d’emploi et vous avez emménagé plus près de votre travail.
  • Vous avez utilisé votre propre véhicule dans l’exercice de vos fonctions ou vous avez reçu une indemnité de votre employeur pour des frais engagé dans l’exercice de vos fonctions.
  • Vous avez travaillé d’un bureau à domicile, vous avez payé des fournitures de bureau ou vous avez engagé d’autres frais dans le cadre de votre travail.
  • Vous avez été rémunéré en tout ou en partie à la commission.
  • Vous avez payé des frais juridiques pour obtenir le versement d’une pension alimentaire ou pour faire valoir vos droits au titre d’un contrat de travail.
  • Vous avez payé des frais médicaux ou des primes d’assurance médicale, collective ou individuelle.
  • Vous avez vécu avec un conjoint de même sexe ou en union de droit ou de fait.
  • Vous êtes un travailleur autonome.
  • Vous avez des déductions reportées des années précédentes en lien avec des cotisations REER, des dons à des œuvres de bienfaisance, des intérêts sur un prêt étudiant, des dépenses associées à un bureau à domicile ou des pertes en capital.

Renseignez-vous auprès de votre conseiller en fiscalité pour savoir comment réduire vos impôts grâce aux déductions et crédits d’impôt à votre disposition.

1 Le conjoint ou le conjoint de fait, selon la définition de conjoint donnée dans la Loi de l’impôt sur le revenu du Canada.

Vous voulez réduire les impôts à payer sur votre revenu? Mieux vaut être proactif. Un peu de planification en début d’année pourrait vous permettre de réduire considérablement vos charges fiscales annuelles.

ProjetRetraite Manuvie

Pour se doter d’un revenu de retraite garanti

ProjetRetraite Manuvie est un placement simple et à faible risque qui vous permet de transformer une partie de votre épargne-retraite en une source de revenu stable que vous ne pourrez jamais épuiser. Que vous en soyez à préparer votre retraite ou déjà à la retraite, vous pouvez recourir à ProjetRetraite Manuvie pour accroître votre revenu garanti existant ou vous doter d’une nouvelle source de revenu sur laquelle vous pouvez compter.
Cette solution novatrice en matière de revenu vise à offrir :

  • un revenu garanti à vie afin d’établir la base d’un plan de revenu de retraite;
  • un revenu de retraite plus élevé, si vous investissez tôt et reportez le moment où vous commencerez à toucher les versements;
  • la liberté de choisir le moment où vous commencerez à toucher un revenu, et ce, dès l’âge de 50 ans;
  • la possibilité d’un revenu viager ininterrompu pour le conjoint survivant;
  • un placement sécuritaire et le plein accès à la valeur marchande du contrat, au besoin (des frais peuvent s’appliquer).

RetraitePlus Manuvie

Rattrapez le temps perdu en matière d’épargne-retraite et profitez d’un revenu viager

Première solution du genre en matière de gestion de la retraite, RetraitePlus ManuvieMC est un produit à fonds distincts souple et novateur qui facilite les principales étapes de la préparation de la retraite et peut vous aider à atteindre vos objectifs en vous donnant l’assurance d’être prêt(e).

RetraitePlus Manuvie procure :

Un potentiel de croissance

  • Vaste gamme de fonds de placement qui correspondent à votre profil d’épargnant, certains composés uniquement d’actions.
  • Possibilité de rattraper votre retard financier et d’ainsi atteindre vos objectifs de retraite.
  • Possibilité de profiter d’une hausse éventuelle des taux d’intérêt.

De la souplesse et un pouvoir de décision

  • Vous choisissez le montant de votre revenu, que vous déciderez de recevoir en totalité ou en partie.
  • Vous avez accès à la valeur marchande de votre contrat en cas de besoin (des frais peuvent s’appliquer).

Un revenu viager garanti

  • Revenu viager garanti facultatif que vous toucherez lorsque vous le déciderez

 Comment savoir si RetraitePlus Manuvie pourrait vous convenir?

  • Vous ne prendrez votre retraite que dans cinq ans ou plus.
  • Vous voulez un régime de retraite souple.
  • Vous voulez un revenu de retraite garanti à vie.
  • Vous êtes disposé(e) à assumer une part des risques associés à l’incertitude des marchés pour obtenir un revenu éventuellement supérieur.
  • Vous devez rattraper le temps perdu en matière d’épargne-retraite.

RetraitePlus Manuvie et les principales étapes de préparation de la retraite

 La phase Épargne – Faites fructifier votre épargne et augmentez le potentiel de votre revenu.

  • Choisissez parmi une vaste gamme de fonds de placement réputés, certains composés uniquement d’actions.
  • Des crédits s’accumulent, vous permettant de rattraper votre retard financier et de profiter d’une éventuelle hausse des taux d’intérêt.
  • En cas de besoin, vous pouvez accéder à la valeur marchande de votre contrat (des frais peuvent s’appliquer).
  • Vous pouvez optimiser le potentiel de croissance de votre portefeuille grâce à des frais concurrentiels.

 Phase Préservation – Déterminez le montant de votre futur revenu garanti.

  • Lorsque vous serez prêt(e), fixez les taux du revenu qui détermineront votre futur revenu garanti.
  • Choisissez le montant de votre revenu, que vous déciderez de recevoir en totalité ou en partie.
  • Augmentez le montant de votre futur revenu garanti en en reportant le prélèvement.

 Phase Revenu – Recevez un revenu souple pour vous aider à vivre la retraite dont vous rêvez.

  • Choisissez quand vous commencerez à toucher un revenu de retraite garanti à vie.
  • Vous pouvez continuer à effectuer des dépôts et à accumuler des crédits dans le cadre de la phase Épargne tout en touchant un revenu, ce qui permet à votre revenu futur de continuer à croître.

Choisissez un régime d’assurance-voyage pour me protéger – Manuvie

Plusieurs types de régime vous sont offerts au titre de l’assurance-voyage Pourmeprotéger : l’assurance-voyage pour les Canadiens, l’assurance-voyage pour les visiteurs au Canada et l’assurance-voyage pour les étudiants. Vous pouvez ainsi choisir la protection qui répond le mieux à vos besoins en matière d’assurance voyage.

Assurance-voyage Pourmeprotéger pour les Canadiens

L’assurance-voyage Pourmeprotéger pour les Canadiens vous procure une protection simple et abordable, notamment contre les frais médicaux imprévus lorsque vous allez à l’extérieur de votre province de résidence ou à l’étranger. Vous avez le choix parmi divers régimes Voyage unique ou Voyages multiples prévoyant une couverture maximale de 5 millions de dollars en cas d’urgence médicale, ce qui vous permet de vous prévaloir d’un régime qui répond parfaitement à vos besoins, à vos projets de voyage et à vos moyens.

Assurance-voyage Pourmeprotéger pour les visiteurs au Canada

L’assurance-voyage Pourmeprotéger pour les visiteurs au Canada offre à votre famille et à vos amis de passage au Canada une couverture simple, notamment pour les frais médicaux d’urgence. De plus, elle répond aux exigences du super visa concernant les assurances.i Nous offrons divers régimes Voyage unique et Voyages multiples, ainsi que plusieurs montants de couverture, de sorte que les visiteurs peuvent choisir un régime vraiment adapté à leurs besoins.

Assurance-voyage Pourmeprotéger pour les étudiants

L’assurance-voyage Pourmeprotéger pour les étudiants procure une couverture efficace et économique, notamment pour les soins de santé de base et les soins médicaux d’urgence, aux étudiants étrangers qui effectuent des études au Canada ou aux étudiants canadiens qui étudient à temps plein à l’extérieur de leur province de résidence ou à l’extérieur du Canada. Une couverture familiale est également offerte aux membres de la famille immédiate résidant avec les étudiants durant leurs études.

 
Comparez nos produits d’assurance voyage

travel underwriters

Financiere manuvie

Voici Synergie

Synergie offre une couverture d’assurance unique en son genre : elle regroupe trois polices d’assurance dans une seule solution abordable et facile à gérer. Son concept unique procure une protection contre les risques auxquels nous sommes exposés quotidiennement : l’invalidité, les maladies graves et un décès prématuré.

Synergie peut répondre à vos besoins personnels et professionnels et vous permettre de protéger financièrement votre famille de ces risques.

 

Synergie procure une excellente protection d’assurance contre trois risques importants, et ce, à un coût abordable. Grâce à la simplicité de Synergie, vous ne gérez qu’un seul contrat et n’acquittez qu’une prime, mais vous êtes protégé contre trois types de risques.

La souplesse de Synergie vous permet à vous et à vos êtres chers d’atteindre les objectifs suivants :

  • Protéger votre revenu si vous ne pouvez plus travailler;
  • Couvrir le remboursement de vos dettes hypothécaires et personnelles;
  • Compléter vos assurances invalidité, maladies graves et vie collectives;
  • Protéger votre famille contre les répercussions financières associées à la perte d’un revenu par suite d’une blessure, d’une maladie ou d’un décès prématuré.

Diverses options sont offertes afin que vous puissiez adapter voter solution Synergie à vos besoins. De plus, à titre de titulaire d’une solution Synergie, vous avez accès à un centre de soutien et d’information sur la santé unique à Manuvie, le Navigateur Santé.

Pour en apprendre davantage sur Synergie, visitez le site www.synergiemanuvie.ca.

Consulter un modèle du contrat